RNCP Expert en Relations et Coopérations Internationales

Accueil » Admissions » RNCP Expert en Relations et Coopérations Internationales

Certification RNCP en cours de dépôt auprès de France Compétences

Devenez un(e) Expert(e) en relations et coopérations internationales

Les relations et coopérations internationales sont au cœur des missions d’influence, de rayonnement et de développement international d’un Etat. Par définition, la coopération internationale est une coopération entre plusieurs pays sur un enjeu et/ou problématique donné. Elle est un instrument de la politique étrangère d’un Etat. En France, la politique étrangère regroupe entre autres l’action des collectivités territoriale (coopération décentralisée), le développement à l’international, la diplomatie autour de thèmes divers (culturelle, économique ou bien encore commerce extérieur ou numérique), les droits de l’homme, la sécurité-désarmement ou bien encore la société civile et le volontariat. Elle peut être à la fois bilatérale et multilatérale. La diversité des acteurs et des secteurs d’activités nécessite une réelle expertise.

La création de la certification « Expert en relations et coopérations internationales » vise à répondre aux besoins accrus en recrutement du secteur des relations et coopérations internationales et la nécessité de former des experts dans la conduite des relations internationales, au pilotage des coopérations relatives aux métiers du management public et privé des relations et des coopérations internationales. Cette certification vise également à répondre à la nécessité du secteur de former des spécialistes capables de négocier et de gérer des accords internationaux de quelque nature que ce soit tant sur le plan national que sur la scène internationale.

Quels sont les métiers auxquels vous pouvez prétendre avec ce titre RNCP ?

La liste suivante, non exhaustive, présente les différents métiers que peuvent occuper les détenteurs de la certification :

  • Chargé(e) de mission aux relations internationales ;
  • Chargé(e) de mission programmes européens ;
  • Chargé(e) de mission affaires et projets européens ;
  • Officier de protection ;
  • Chargé de mission défense et sécurité ;
  • Vice-consul ;
  • Analyste géopolitique ;
  • Chargé d’études prospectives.

Les apprenants, à l’issue de la formation, auront ainsi acquis les trois blocs de compétences suivants :

  • Piloter les relations et les coopérations internationales ;
  • Définir une politique de développement et d’intervention à l’international ;
  • Assurer des missions de direction, de conseil et de soutien en situation de crise ou conflit.

Et sauront ainsi répondre aux besoins des institutions et organisations en matière d’aide au développement, la prise en compte des zones de tension, la paix et la stabilité politique et géopolitique qui sont les préalables au développement économique.

Aux trois blocs communs de compétences pour le titre « Expert en relations et coopérations internationales », vient s’ajouter une spécialisation optionnelle sectorielle à choisir parmi :

  • Assurer le soutien de la diplomatie au développement économique d’un pays (diplomatie économique) ;
  • Piloter une politique de coopération humanitaire et reconstruction de la société civile ;
  • Concevoir et piloter une politique ou une coopération de défense et sécurité (dont la cybersécurité).

La validation de la certification s’obtient par la capitalisation de trois blocs de compétences communs à l’ensemble des parcours ainsi que d’un bloc de spécialisation en fonction du parcours du/de la candidat(e).

Vous pouvez retrouver les blocs de compétences associés à la certification sur ce lien.

Exemple de cours

Pilotage des relations et coopérations internationales

  • Comprendre les enjeux et mécanismes des relations et coopérations internationales.
  • Identifier et cartographier les acteurs privés soutenus par des acteurs publics afin de promouvoir le commerce extérieur, les investissements intérieurs et extérieurs et les coopérations, créant ainsi une forme active de partenariat public-privé.
  • Assimiler que l’attractivité d’un pays puisse être à la fois un facteur clé du développement des affaires et un défi diplomatique.

Définition d’une politique de développement

  • Comprendre les rapports de force et les évolutions politiques depuis 1945.
  • Etablir un diagnostic économique des richesses et pauvretés, des inégalités de développement et de la mondialisation.
  • Réfléchir aux tendances économiques d’aujourd‘hui et aux modèles économiques, en appréciant leurs résultats.
  • Appréhender les méthodes entre action publique (APD) et actions privées, la formation et le maintien dans les pays des compétences.

Gestion d’une crise ou d’un conflit

  • Identifier les acteurs historiques de la négociation de conflit et les nouveaux intervenants depuis les 20 dernières années.
  • Comprendre les fonctionnements de résolutions de crise et conflit.
  • Appréhender les médias, en particulier les nouveaux médias numériques influençant de manière importante et en temps réel l’opinion des pays en guerre et les peuples à l’international. Comment gérer l’info à l’heure des fake news, des tweets, et des trolls qui déforment sciemment l’actualité. Quel statut et que penser de l’infos des journalistes « Embedded » dans les zones de conflits.

Pilotage de la sécurité

  • Aborder la puissance et les rapports de force en comparant et évaluant les politiques de défense de certains pays (Etats-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Maroc).
  • Comprendre les enjeux de la coopération internationale de sécurité (méthodologie, analyse du contexte, réponses institutionnelles et opérationnelles).
  • Etudier la base industrielle et technologique de défense (la conduite des programmes d’armement et le cycle de vie des équipements, le contrôle des exportations des matériels de guerre, l’organisation de la recherche et développement, etc.).
  • Analyser l’architecture de sécurité nationale et plus précisément le maintien de l’ordre (entre efficacité et respect des libertés).

Directeur de programme : Pierre Mourlevat avec la participation de Philippe Tauzin, conseiller

Pierre Mourlevat est contrôleur général au ministère des Finances. Il a été conseiller économique et financier à la direction du Trésor du ministère de l’Économie et des Finances. Il a été conseiller économique à l’ambassade de France à Séoul, Bangkok, Vientiane, Ankara, Tel Aviv et ministre conseiller pour les affaires économiques à l’ambassade de France à Alger, Abu Dhabi (responsable des pays du Golfe, du Yémen, de l’Irak et de l’Iran) et Tokyo. Il est également membre du forum économique franco-japonais.

Découvrez toutes les formations liées à ce titre RNCP

Mis à jour le 3 mai 2022